Réinventer la terre

Réparer le vivant, animaux et plantes confondus, c'est sauver l'homme de l'autodestruction. Et si la solution se nichait dans l'imitation de la nature ? C'est le thème de pas moins de 9 livres en cette fin d'année.

  • Ne pas protéger les animaux, c'est perdre de vue notre humanité. En raison de l'installation croissante de l'homme sur la terre comme conquérant, et non comme simple cohabitant, les animaux font désormais partie des plus vulnérables. Et ce que l'homme inflige aux bêtes, il se l'inflige à lui-même.
    Élevage intensif violent pour les animaux et déshonorant pour les hommes, destruction des forêts primaires bouleversant les lieux de vie des uns et des autres, propagation d'épidémies franchissant la barrière des espèces font aujourd'hui apparaître, grandeur nature, qu'hommes et animaux sont engagés dans un destin commun, et que les agressions infligées au vivant nous entraînent dans une spirale suicidaire. À l'heure de l'industrie agro-alimentaire, de la Covid-19 et du réchauffement climatique, c'est à un sursaut salutaire que Danielle Moyse, philosophe, par ailleurs spécialiste des questions d'éthique médicale, appelle de ses voeux. Il n'y va pas seulement de notre survie, même si la brutalité à l'égard des animaux n'a jamais tardé à s'étendre concrètement à l'être humain. Sans une réforme radicale de notre rapport au vivant et une redéfinition de notre habitation terrestre, le pire est à venir.
    Un plaidoyer magistral en faveur des hommes et des bêtes. Un appel décisif au respect de tous !

  • Le 8 juillet prochain, Edgar Morin, héros de la Résistance et penseur célébré dans le monde entier, fêtera ses cent ans. Afin de prendre à contrepied l'effet "monument" et "statue dévitalisée", le sociologue Alfredo Pena-Vega a coordonné un  aéropage de penseurs du monde entier, parmi lesquels Audrey Azoulay, Antonio Guterres, Gilles Boeuf, Patrick Chamoiseau, Mireille Delmas-Marty, Michel Cassé?... pour la rédaction de cet ouvrage qui revient sur un des concepts phares d'Edgar Morin, la "Terre-patrie", publié initialement en 1993. Exercice stimulant, décalé et parfois drôle de rétro-futur, l'ouvrage éclaire l'aspect visionnaire de la pensée d'Edgar Morin qui ne cesse de rappeler que le futur n'est pas qu'une pure incertitude et qu'on doit le préparer, l'anticiper pour mieux l'affronter.

  • Biocène, comment le vivant a co-construit la terre

    Paul Mathis

    • Le pommier
    • 1 Septembre 2021

    Depuis quelques années, on parle beaucoup de l'Anthropocène, cette période de l'ère quaternaire qui, depuis l'invention de la machine à vapeur, se caractérise par la marque que les êtres humains impriment sur l'environnement. Mais l'espèce humaine n'est qu'une espèce parmi d'autres et, dans l'histoire longue de la Terre, c'est la vie en tant que telle, depuis son apparition, qui a modifié les propriétés physiques de la planète. Son rôle a même été bien supérieur à celui des humains : sans la prolifération des cyanobactéries, pas d'oxygène ; sans oxygène, pas de couche d'ozone, qui s'est formée par action des UV sur les molécules d'oxygène. Sans les organismes marins à squelette ou carapace calcaire, qui, en mourant, se sont accumulés au fond de l'eau, pas de roches calcaires ! Il est incontestable que, sous l'effet des êtres vivants, la planète s'est transformée profondément, sur terre, dans les eaux et dans l'atmosphère. Dans ces conditions, ne pourrait-on pas plutôt parler de « Biocène », une notion qui intégrerait l'Anthropocène ? Une différence existe, pourtant, et de taille : les modifications induites par l'Anthropocène se font à une vitesse bien plus rapide que celles du Biocène, avec des conséquences encore imprévisibles sur les capacités d'adaptation des êtres vivants...

  • Un ouvrage ambitieux à la focale mondiale qui retrace une histoire du capitalisme sur le temps long afin de trouver des solutions viables pour sortir d'un système devenu obsolète. Alessandro Stanziani tente de concilier croissance économique et démographique, justice sociale et protection de l'environnement, avec une attention particulière à la production agricole et à l'alimentation, pour que l'ensemble de l'humanité puisse enfin jouir de ce « capital Terre » qui est notre bien commun.

  • Notre culture occidentale moderne s'est évertuée à effacer nos liens à la nature, à nos milieux de vie, à des animaux, des arbres, une rivière ou une montagne. Nous en avons dénié l'importance mais ils resurgissent à la moindre occasion sans même que nous nous en rendions compte. « Quel temps fait-il ? » devient ainsi «la» question fondamentale qui prouve notre attachement inconscient au monde et l'importance qu'a le ciel sur nos climats intérieurs. Jean-Philippe Pierron nous emmène sur la piste philosophique de quelques personnages historiques et grands penseurs afin de comprendre comment ils ont pu, eux, prendre conscience de l'importance de ces liens et les intégrer dans leurs systèmes philosophiques.

  • Nous les plantes

    Stefano Mancuso

    • Albin michel
    • 29 Septembre 2021

    Les plantes prennent la parole !
    « Ce livre s'efforcera de remédier à notre manque de reconnaissance et d'estime envers les végétaux en les traitant à l'égal d'une nation, c'est-à-dire d'un ensemble d'individus ayant en commun leurs origines, leurs moeurs, leur histoire, leurs organisations et leurs objectifs. Observer la Nation des Plantes aboutit alors à des résultats surprenants : regroupée sous son drapeau vert, blanc et bleu, elle constitue la nation la plus nombreuse, la plus importante et la plus répandue de la Terre, où les arbres sont à eux seuls plus de 3000 milliards ; forte de tous les végétaux du globe, elle tient sous sa dépendance tous les autres organismes vivants. ».
    Après le succès de L'Intelligence des plantes, le neurobiologiste Stefano Mancuso pose les bases d'une véritable constitution sur laquelle bâtir notre avenir pour vivre en harmonie avec le règne végétal.

  • Plus vite, plus loin, en piochant toujours plus dans les ressources : notre modèle montre ses limites, tant il s'oppose à tous les principes du vivant. Pour le refonder, l'auteur est part i en Amazonie percer les secrets du sublime Morpho. Prenez ses ailes bleu lagon : à son réveil, le papillon en bat immédiatement pour réguler sa température. Autonettoyantes, elles se rigidif ient ou se courbent selon les phases du vol. Leur couleur, obtenue sans pigment, est si directive qu'elle rend le lépidoptère quasi invisible à ses prédateurs...
    Le temps d'une expédition, Serge Berthier détaille les solutions de ce bijou d'ingénierie et comment nous ferions bien de nous en inspirer.

  • Quand les espèces se rencontrent

    Donna Haraway

    • La decouverte
    • 30 Septembre 2021

    « Il y a maintenant presque huit ans, je me suis retrouvée de façon inattendue éperdument amoureuse d'une chienne rouge piment que j'ai appelée Cayenne. » C'est en partant des gestes les plus ordinaires du quotidien et non pas de grands principes que Donna Haraway nous invite à penser notre relation aux espèces compagnes. Ces espèces avec lesquelles nous « partageons le pain », depuis les micro-organismes qui nous peuplent jusqu'aux animaux de compagnie. Cet enchevêtrement nous conduit auprès de bouledogues français à Paris, à des projets concernant les prisonniers du Midwest, à des analyses coûts-bénéfices dans la culture marchande autour des chiens, à des souris de laboratoire et des projets de recherche en génétique, sur des terrains de baseball et d'agility, auprès de baleines munies de caméras au large de l'Alaska, sur des sites industriels d'élevage de poulets, etc.
    Il s'agit ici non pas de domestication, de contrôle ou de rachat de la dette mais de contact. Quelle est la valeur ajoutée du contact ? Que nous apprennent à sentir et à faire les « zones de contact » ? Loin de tout retour romantique à une rencontre sauvage, dénuée d'intérêts et de contamination biopolitique, prendre soin du contact entre espèces « entraîne » à un perpétuel zigzag entre ce qui nous affecte, nous rattache, nous rend interdépendants, simultanément robustes et vulnérables.

  • Imaginez un avenir dans lequel 10 milliards d'hommes et de femmes vivent heureux, sans épuiser les ressources de la Terre et des espèces qu'ils côtoient. Ce monde est possible. Il suffit de s'inspirer de la nature qui optimise l'utilisation des ressources et recycle en permanence. C'est le principe de l'économie circulaire. Sortis des laboratoires de recherche, matériaux intelligents et nouveaux procédés de fabrication permettent de limiter le gaspillage tout en réduisant la pollution et la production de déchets. À l'aide d'exemples puisés dans la nature ou dans notre quotidien, les auteurs démontrent de façon convaincante que ni la Terre ni l'Homme n'ont dit leur dernier mot. Enfin, un livre optimiste sur la crise écologique !

empty