Editions Do

  • Les poignantes mais souvent joyeuses histoires de ce livre composent la tendre chronique d'un homme qui se souvient de son père, génial représentant de commerce et grand amoureux de la pêche, géant captivant et charmeur aux yeux de l'enfant qu'il était. Elles commencent simplement, par ce regard de l'enfance, puis elles se développent pour illustrer la prise de conscience d'un garçon qui grandit et observe le monde autour de lui. Et si elles reconstituent l'histoire de sa famille, avec en arrière-plan celle de l'Europe centrale, elles sont en réalité beaucoup plus que cela :
    De touchantes méditations sur la vie et la survie, la mort et la mémoire, l'humour, la justice et la compassion.

    Classique de la littérature tchèque au même titre que les oeuvres de Jaroslav Hasek et Bohumil Hrabal, ce livre largement autobiographique, traduit dans de nombreux pays, de la Pologne à l'Italie, de l'Espagne aux Etats-Unis, en passant par Israël et l'Allemagne, ne l'avait encore jamais été en français. Et s'il est un des préférés des lecteurs tchèques, il l'est aussi de l'écrivain et journaliste polonais Mariusz Szczygiel (Gottland et Chacun son paradis, éd. Actes Sud), auteur du texte De la vie vécue comme une fête, qui accompagne cette édition.

  • La carrière d'Ota Pavel comme reporter sportif a commencé grâce à son ami l'écrivain Arnošt Lustig. Il a travaillé à la radio tchécoslovaque (1949-1956), puis à la radio Stadion (1956-1957) et enfin au magazine Le Soldat Tchécoslovaque (1957-1966). Son ambition de dépasser les contraintes du journalisme et du reportage pour aller vers une écriture plus créative date du début des années 60. C'est d'ailleurs à la fin de ces années-là qu'il commence à délaisser le sport, devenu essentiellement, pour la plupart, démonstration et manifestation d'une fierté et d'une identité nationales. D'où son désintérêt pour les courses et les concours, et son attrait pour les vestiaires et les foyers où les anciens héros sont redevenus des individus de chair et d'os.
    /> Avec ce livre justement, dont la conception a lieu presque en même temps que Comment j'ai rencontré les poissons, il voulait dire au revoir à son travail de journaliste. Mais, s'il choisit de raconter des histoires du monde du sport, s'il s'intéresse aux destins de champions d'hier et d'aujourd'hui, il ne les montre pas seulement du point de vue des coulisses de grandes compétitions, mais aussi de celui de leur vie privée. Et s'il se souvient d'un certain nombre d'athlètes qui n'ont pas toujours été célèbres - certains d'entre eux étaient même complètement inconnus, d'autres furent fameux puis oubliés - toutes et tous ont mérité que l'on écrive à leur sujet.
    Ota Pavel fait de ces hommes et de ces femmes - aviateur, footballeur, pongiste, cycliste, gymnaste, hockeyeur, canoéiste - des portraits sensibles et littéraires, s'attachant moins au succès qu'au labeur, aux commencements difficiles, aux obstacles, aux défaites, et à la vanité de la gloire.

empty