• Il a peint l'horreur pour s'en défaire.

    Peintre surréaliste de la première moitié du XXe siècle, Paul Nash a vécu l'atrocité des tranchées de la Première guerre mondiale. Les cicatrices de cette épreuve ont marqué son oeuvre à tout jamais.

    Auteur de bande dessinée, Dave McKean décide de lui rendre hommage à travers cette biographie fantasmée. Entre réalité et illusion, il explore la fièvre créatrice de l'artiste en se projetant dans ses rêves, hantés par l'image perpétuelle d'un chien noir. Ni malveillant, ni bénin, ce spectre agit comme un présage, un messager, un ennemi... puis un ami.

    Grâce à la puissance d'évocation de son dessin, McKean parvient à transmettre, à l'image de l'oeuvre du peintre qu'il raconte, les effets dévastateurs et les traumatismes profonds légués par la guerre. Il nous offre une plongée cathartique dans les replis de l'âme déchirante d'un artiste déchiré.

    Conçue à l'origine comme un projet multimédia en lien avec les commémoration de la Grande Guerre, cette oeuvre majeure est indispensable dans la (re)lecture actuelle des évènements de 14/18.

  • Une terre d'accueil pour des bandes dessinées venues d'autres horizons. A savourer dans des versions françaises particulièrement soignées.

  • C'étaient deux très beaux poissons rouges.
    Ils étaient rouge doré, et ils nageaient en arrière et en avant dans leur bocal.
    J'ai demandé à mon copain nathan : " il n'y a pas quelque chose que tu voudrais échanger contre ces poissons rouges ? ". " non " a dit nathan.
    J'ai réfléchi un peu et j'ai dit : " je te les échange contre mon père ". " ho ho " a dit ma petite soeur.

empty