• Des milliers de kilomètres séparent le « vieux continent » du « pays du soleil levant », et pourtant... Et pourtant, de nombreuses images montrent à quel point les cultures japonaises et européennes se sont nourries l'une de l'autre. Des estampes japonaises du 19e siècle montrant l'arrivée des Occidentaux, à la déferlante manga dans les coeurs des jeunes Européens, en passant par la vision d'Hergé sur la Chine et le Japon, ou encore le dessin de presse et les séries récentes mettant en scène le Japon médiéval, Paul Herman a collecté pour nous les exemples de ce dialogue culturel et graphique. Ce beau livre n'est pas une simple compilation : nourrissant son propos érudit par 350 illustrations, il suit ainsi en images l'Histoire du Japon et les relations euro-japonaises depuis 1854. Un premier volet est consacré aux auteurs européens qui ont illustré le Japon, l'autre aux Japonais qui évoquent les Européens.

  • "De 1969 à 1999, près de 3000 livres sont parus aux Editions Glénat.Les illustrations de couvertures sont autant de repères de l'histoire de la maison d'édition que de jalons dans l'histoire de la bande dessinée.De toutes les images du 9ème art, les couvertures sont celles qui s'impriment le plus longtemps dans la mémoire collective.Dans l'univers de la bande dessinée, les images de couverture ont un rôle préponderant. Il fallait leur rendre la place qu'elles méritent.Place aux images."L'EditeurJacques Glénat

  • Le livre d'or 1969 -1999

    Paul Herman

    • Glenat
    • 16 Février 2000

    Ce superbe ouvrage retrace les 30 ans d'histoire des Editions Glénat, les faits marquants comme les petites anecdotes savoureuses. Fourmillant de détails, de documents rares et de nombreuses photos, il est un livre intéressant pour les fans de bande dessinée.

  • Qu'ils soient en métal, en bois ou maintenant en plastique, les petits soldats ont toujours eu une place de choix dans le coeur de nos chères petites têtes blondes. Or, ce que l'on sait moins, c'est comment le monde des petits soldats a - lui aussi - été bousculé à l'éclatement de la Première Guerre Mondiale. Comment les fabricants ont du s'adapter à l'évolution des uniformes de l'époque, ou continuer à produire malgré la mobilisation générale. Car au début du XXe siècle, ces petits soldats étaient bien plus que de « simples jouets ». Véritables outils de propagande, ils étaient notamment utilisés pour familiariser les enfants à la discipline et au respect de la patrie.
    Paul Herman nous éclaire sur un univers fascinant et en profite pour nous raconter l'Histoire et la Grande Guerre à travers le prisme original des petits soldats. Un beau livre prévu pour les fêtes qui fera un cadeau idéal pour les grands enfants et les férus d'Histoire.

  • À la recherche d'une méthode pour parler scientifiquement du sens, Algirdas J. Greimas a conçu au fils des ans une sémiotique avec un appareil terminologique remarquable. Mais celle-ci se révèle cependant difficile d'accès de par son jargon qui peut sembler rebutant. Au lieu de mettre en avant la terminologie, cet ouvrage met l'accent sur la pensée de Greimas. Elle s'est forgée au travers de son oeuvre et elle garantit la cohérence et la bonne utilisation des concepts de sa méthode.

    L'ouvrage expose sa sémiotique en quatre volets décisifs. Dans le premier, Greimas se débarrasse de la surface du signifiant pour s'aventurer dans les profondeurs. Puis, il propose la sémantique structurale dans laquelle, de l'équivalence à la narrativité, surgit le concept de la valeur. Ensuite les passions offrent l'opportunité de s'imaginer l'origine du monde sensible. Dans toute son oeuvre, Greimas ne cache pas son intérêt pour la psychanalyse. Le dernier volet du livre reprend quelques thèmes apparentés à la psychanalyse pour montrer en quoi elle s'engage dans une direction opposée à la sémiotique.

    Greimas aspire à introduire de nouvelles axiologies pour contrecarrer l'insignifiance qui guette l'homme de la modernité. C'est l'enjeu anthropologique qui se dégage de sa méthode. Il se range ainsi dans l'épistémé de son époque, caractérisée par Paul Ricoeur avec les trois maîtres du soupçon: Marx, Nietzsche et Freud. Alors qu'ils ouvrent grand la porte à la déhiscence entre le sens et la conscience, Greimas, maître lui, de la fiducie, ouvre une porte étroite pour raccommoder sens et (con)science et réinstaurer la force adhésive de la croyance aux valeurs.

  • Hayden White

    Herman Paul

    • Polity
    • 29 Avril 2013

    This new book offers a clear and accessible exposition of Hayden White's thought. In an engaging and wide-ranging analysis, Herman Paul discusses White's core ideas and traces the development of these ideas from the mid-1950s to the present. Starting with White's medievalist research and youthful fascination for French existentialism, Paul shows how White became increasingly convinced that historical writing is a moral activity. He goes on to argue that the critical concepts that have secured White's fame - trope, plot, discourse, figural realism - all stem from his desire to explicate the moral claims and perceptions underlying historical writing. White emerges as a passionate thinker, a restless rebel against scientism, and a defender of existentialist humanist values. This innovative introduction will appeal to students and scholars across the humanities, and help develop a critical understanding of an increasingly important thinker.

  • Discover how to invest your capital to achieve a powerful, lasting impact on the world.
    The Global Handbook of Impact Investing: Solving Global Problems Via Smarter Capital Markets Towards A More Sustainable Society is an insightful guide to the growing world-wide movement of Impact Investing. Impact investors seek to realize lasting, beneficial improvements in society by allocating capital to sources of impactful and sustainable profit. This Handbook is a how-to guide for institutional investors, including family offices, foundations, endowments, governments, and international organizations, as well as academics, students, and everyday investors globally. The Handbook´s wide-ranging contributions from around the world make a powerful case for positive impact and profit to fund substantive, lasting solutions that solve critical problems across the world. Edited by two experienced and distinguished professionals in the sustainable investing arena and authored by two dozen renowned experts from finance, academia, and multilateral organizations from around the world, the Global Handbook of Impact Investing educates, inspires, and spurs action towards more responsible investing across all asset classes, resulting in smarter capital markets, including how to: ·         Realize positive impact and profit ·         Integrate impact into investment decision-making and portfolio ·         Allocate impactful investments across all asset classes ·         Apply unique Impact Investing frameworks ·         Measure, evaluate and report on impact ·         Learn from case examples around the globe ·         Pursue Best Practices in Impact Investing and impact reporting  While other resources may take a local or limited approach to the subject, this Handbook gathers global knowledge and results from public and private institutions spanning five continents. The authors also make a powerful case for the ability of Impact Investing to lead to substantive and lasting change that addresses critical problems across the world.

  • Anglais The HIP Investor

    R. Paul Herman

    • Wiley
    • 9 Mars 2010

    A new breed of investing that combines making more money and making a difference First there were the "Profiteers," investors who sought to make money regardless of the cost to society. Then came the "Do-Gooders," investors who avoided "bad" companies and supported "good" ones, based on philosophy over financials. Now this book introduces a brand new breed of investor: The HIP Investor. Written for those who want to profit handsomely while also building a better world, it will help you discover companies that are boosting the bottom line by solving key human needs through innovative products and services-benefiting customers, engaging employees, and delivering sustainable, profitable growth for their investors. That's the Human Impact + Profit, or HIP, approach. In The HIP Investor, R. Paul Herman-creator of the HIP methodology-introduces a revolutionary system that allows investors to profit and make a positive impact. It values measurable results over policies and philosophies, and shows how higher-performing companies can deliver both human impact and profit for shareholders. This book
    Provides a compelling, easy to use "investor tool-kit" so you can quickly "HIP" your portfolio Reveals the three questions you should ask when looking for a company to invest in Illustrates how world problems can be solved for profit by companies and investors making informed decisions You can make money while making a difference, and The HIP Investor is here to show you how.

  • Le xviiie siècle constitue un moment charnière dans l'histoire du roman français. Des mémoires fictifs au récit sentimental, en passant par le roman épistolaire, le genre se diversifie en affirmant de plus en plus son ancrage dans l'expérience des lecteurs[2]. Libérés des alibis épiques ou historiques qui freinaient encore leurs devanciers baroques et classiques, les romanciers procèdent à une exploration systématique des possibles formels ou thématiques de la fiction romanesque. L'expansion du lectorat et l'émergence de nouvelles médiations éditoriales (publications sérielles, collections) donnent lieu à ce que certains historiens ont identifié à une révolution de la lecture du roman, dont témoigne entre autres le célèbre Éloge de Richardson de Diderot[3] : inspirés par la Clarissa de Richardson ou La nouvelle Héloïse de Rousseau, les lecteurs de l'époque revendiquent une lecture que dominent la sensibilité et la subjectivité[4]. Ce double mouvement d'élargissement - de la forme romanesque et de son public - s'accompagne par ailleurs d'une importante réflexion théorique : plus que jamais le roman ne fait l'objet de discours, de débats, de discussions de plus ou moins grande ampleur. Dans sa cinquième édition (1798), le Dictionnaire de l'Académie française peut ainsi prendre acte de la réflexion romanesque développée depuis un siècle, et opérer une première variation dans la définition du terme « roman », qui était resté identique depuis 1694. Le roman cesse alors d'avoir pour contenu exclusif la matière « romanesque » des « aventures fabuleuses, d'amour, ou de guerre » ; il offre aussi au lecteur « des fictions qui représentent des aventures rares dans la vie, et le développement entier des passions humaines[5] ». Cette affirmation du roman et de sa lecture, cette reconnaissance de son pouvoir et de sa valeur exploratoires, rendront possible la légitimation du genre dans la première moitié du xixe siècle.

  • This book explores how physicists, astronomers, chemists, and historians in the late nineteenth and early twentieth centuries employed `epistemic virtues' such as accuracy, objectivity, and intellectual courage. In doing so, it takes the first step in providing an integrated history of the sciences and humanities. It assists in addressing such questions as:What kind of perspective would enable us to compare organic chemists in their labs with paleographers in the Vatican Archives, or anthropologists on a field trip with mathematicians poring over their formulas?While the concept of epistemic virtues has previously been discussed, primarily in the contexts of the history and philosophy of science, this volume is the first to enlist the concept in bridging the gap between the histories of the sciences and the humanities. Chapters research whether epistemic virtues can serve as a tool to transcend the institutional disciplinary boundaries and thus help to attain a `post-disciplinary' historiography of modern knowledge. Readers will gain a contextualization of epistemic virtues in time and space as the book shows that scholars themselves often spoke in terms of virtue and vice about their tasks and accomplishments.  This collection of essays opens up new perspectives on questions, discourses, and practices shared across the disciplines, even at a time when the neo-Kantian distinction between sciences and humanities enjoyed its greatest authority. Scholars including historians of science and of the humanities, intellectual historians, virtue epistemologists, and philosophers of science will all find this book of particular interest and value.

  • C'est par les ordonnances des 4 et 19 octobre 1945 que fut créée la Sécurité sociale en France. Dans ce livre publié en 1967, Paul Hermand fait le point sur ses forces, ses faiblesses, ses résultats, les prestations et les publics auxquels elles sont destinées. Enfin, il tente de dresser un bilan qui permettra d'en déduire l'avenir qui lui est promis.

  • « Nous qui avons traversé les frontières européennes sans papiers ni passeports en 1989, savons que nous ne pourrons voyager demain qu'en montrant nos empreintes digitales et en nous faisant regarder dans le blanc des yeux. C'est totalement insupportable et pourtant nous insupportons peu ». Voici un livre assis entre deux siècles, qui résume et compile plus de quinze années « d'action citoyenne » et n'est pourtant pas un assemblage de souvenirs et d'anecdotes. Au travers de billets, de bouts de fables, d'histoires, d'éléments de correspondance (avec Nicolas Levrat), de listes et de catalogues, on découvre le coeur même d'une philosophie de l'action. Ce que l'on pourrait appeler de la poésie politique. Ce pour quoi, peut-être, des hommes vivent.

empty